image manquante image manquante image manquante
image manquante Carte de visite

Florent LARCIER

Maréchal Ferrant

Venarey-les-Laumes

06.70.54.32.72

09.52.03.03.20

florent.larcier@gmail.com

image manquante
image manquante image manquante image manquante
image manquante image manquante image manquante
image manquante Actualités

01/01/2012
Florent : "Meilleurs voeux pour 2012 !"

image manquante
image manquante image manquante image manquante
image manquante image manquante image manquante
image manquante Présentation

Installé dans le métier depuis plus d'une dizaine d'années, sur les secteurs Yonne et Nord Côte d'Or, après une formation de deux années en Touraine, Florent LARCIER a d'abord travaillé comme salarié pour parfaire ses connaissances.

Après quelques années de pratique à son compte, il fut appelé à exercer en tant que formateur dans un lycée agricole du nord Côte d'Or.

Il a désormais repris son activité indépendante et s'est installé à Venarey-lès-Laumes. Disponible sur un large secteur, Florent pare, ferre, soigne à domicile grâce à son camion équipé d'une forge.

image manquante
image manquante image manquante image manquante
image manquante image manquante image manquante
image manquante Histoire

Proverbes :

"Jusqu'au jour où on a inventé la ferrure, l'homme ne possédait que la moitié du cheval."
"Faute d'un clou, on perd le cheval."
"A dure enclume, marteau de plume."

"Faute d'un clou, le fer fut perdu,
Faute d'un fer, le cheval fut perdu,
Faute d'un cheval, le cavalier fut perdu,
Faute d'un cavalier, la bataille fut perdue,
Faute d'une bataille, le royaume fut perdu,
Et tout cela, faute d'un clou de fer à cheval."

Benjamin FRANKLIN
Almanach du pauvre Richard

Histoire :

Les Romains avaient déjà l'hipposandale ou solea, sorte de soulier attaché avec des lanières. Néron les avait fait orner d'or. Vers l'an 900, l'empereur byzantin Léon VI recommandait déjà l'usage de la ferrure.

A la Renaissance Grisone et Pignatelli sont deux écuyers célèbres, disciples des byzantins.

Au XIème siècle, en France, on ferre aussi bien les chevaux de labour (roncins) que ceux de guerre (destriers) et les palefrois de parade. Nos ancêtres se plaignaient du coût élevé des ferrures.

Dès la fin du Moyen Age, on utilise les clous en tronc de pyramide avec un grain d'orge pour faciliter leur trajet et les fers à étampures carrées.

Le maréchal tire son nom de "marh" (cheval en haut allemand) et "scalc" (qui soigne).

Cette corporation forme la confrérie de St Eloi. Avant d'être reçu maître, l'apprenti doit réaliser son chef d'oeuvre : forger 4 fers pour un cheval vu une seule fois et le ferrer à froid.

Deux ouvrages décrivent l'art de la maréchalerie : "Le Parfait Maréchal" de Solleysel en 1674 et "Le Nouveau Parfait Maréchal" de Garsault en 1741.

Légende :

Le fer à cheval est considéré comme un porte bonheur: "Qui trouve le fer d'un cheval ou partie d'icelui, il aura bonne fortune."

La légende de Saint Dunstan, archevêque de Canterbury en 959, tient à ce qu'il eut à ferrer le cheval du diable. Il cloua le fer sur le pied fourchu du démon qui dut promettre pour être libéré, de ne jamais entrer dans une maison protégée par un fer à cheval.

image manquante
image manquante image manquante image manquante
Valid XHTML 1.0 Transitional

Florent LARCIER - Maréchal Ferrant - Venarey-les-Laumes - Côte d'Or - Bourgogne

 

Site créé par pro2web - armel.larcier@gmail.com